De l’urgence d’agir et du plaisir d’écrire

Pour se détendre ou par besoin de reconnaissance, certains pratiquent le yoga, d’autres chantent. Personnellement, j’écris. Écrire pour moi seule, petit plaisir égoïste qui jusqu’à lors me suffisait amplement. Écrire pour être lue, pourquoi faire ? Aujourd’hui, vendredi 19 août 2000 et des poussières, j’ai eu une épiphanie* et je vous la cite : « Quand le monde entier te persécute, tu te dois de persécuter le monde. » Réplique de Timon (Le Roi Lion).

Alors armée de mon clavier acéré, je tiens à vous délivrer les réflexions et pensées d’une illustre inconnue, la biographie chaotique d’une personne lambda, les tribulations d’une accro du shopping et des cuberdons**, mordue de la vie.

Ici même et ensemble nous ne combattrons pas le crime, mais plutôt l’ennui, les dérives, la tristesse. Ici, je vous souhaite le plaisir de lire, de vous distraire et surtout d’en rire.

*épiphanie : Provenant de l’expression anglo-saxonne « To have an epiphany » signifiant « Avoir une révélation ». Je trouve sincèrement que le vocabulaire anglais est pertinent, voire significatif.

**cuberdons : Friandise, bonbon conique belge à base de sucre, de gomme arabique et de saveurs fruitées tel que framboise ou violette. Certes ils collent aux dents mais son cœur coulant vous enivre le palais.

Publicités