« Diviser pour mieux régner »

Éclair de lucidité l’autre jour : cette technique, largement utilisée dans de nombreuses situations inconfortables, requière motif et coupable autre que soi. L’idée ici n’est pas de citer et expliquer Machiavel mais plutôt de comprendre ce qu’elle sous-tend. Car avant même de devenir citation, son sens premier est un comportement, un mode de fonctionnement. Et, à bien y réfléchir pas que humain.

Certaines gens utilisent ce subterfuge pour contrôler l’extérieur, éviter la fatalité de leurs anticipations cauchemardesques et obtenir ce qu’ils désirent. Mode automatique de défense, car la meilleure c’est bien l’attaque. Il permet aussi d’affronter la vie sans se remettre en question, de déculpabiliser et par là même se déresponsabiliser puisque causes et conséquences se trouvent à l’extérieur.

Commençons par la fin voulez-vous ?

« –régner  » Être maître et équilibrer pertes et gains avec la reconnaissance de ce que l’on a accompli.

« – pour mieux régner » Vivre sa vie en anticipant par anticipation chaque potentielle déception et éviter chaque potentielle perte.

« Diviser – » Gérer chaque problématique, chaque relation, chaque personne indépendamment les unes des autres afin d’obtenir ce que l’on désire. Contrôler la situation en amont ou tout au plus se préserver d’issues désagréables.

Or c’est bien le plus pénible, la plus sournoise des mort lentes, cette perte d’énergie et l’impossibilité d’être soi au-delà de l’autre. D’autant plus, qu’être soi, face à soi, fier de soi n’est ni aisé, ni inné.

Le danger dans ce scénario répété, est qu’il devienne fatalement une croisade puis une politique séparatiste alors qu’il n’y a au bout du compte qu’omissions, malentendus, distanciations voire désamour. Ce jeu dangereux s’intensifie et se complique car il y a autant de personnalités que d’êtres, autant d’intérêts, de caractères, de volontés propres.

A contrario, une politique inclusive, un management participatif est certes coûteux au démarrage. Il y a nécessité d’investissements, d’adaptation, de balises. Ô surprise, apparaissent alors affirmation de soi, écoute active, respect mutuel puis aisance naturelle qui portent et transportent. De plus, être soi, authentique et à sa place offre la flexibilité du roseau et la ténacité de la tortue. A cela, il faut également jumeler la prise de soin de soi (tête, cœur, tripes) avec de bonnes nuits de sommeil et des pensées équilibrantes telles que « La vie ne se passe pas toujours comme prévue mais la vie vaut d’être vécue et rien ne vaut la vie ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s