À la Une

« Aux origines, il y avait Martine … »

Papa me disait toujours : « Avec toi, c’est Dallas ! » J’en riais souvent car je percevais ma famille plutôt comme un remake des Simpson version Famille Adams. Maman, elle, nous racontait la vie comme un mélange idyllique...

À la Une

Ce monde merveilleux dans lequel j’ai grandi…

Maman m'a toujours répété et encore aujourd'hui : "Un jour on meurt mais pas tout de suite, d'abord on a une vie à remplir, des parfums de crème glacée à goûter, des amis à rencontrer, des amours à fêter, des expériences à vivre. Un jour on mourra mais pas tout de suite car il y … Lire la suite Ce monde merveilleux dans lequel j’ai grandi…

« Et Bruxelles, toujours … »

Par un jeudi blanc et givré de janvier, Martine est venue au monde à Bruxelles, capitale du royaume rocambolesque de Belgique. Ignorée du monde, petit trésor au centre de toutes les attentions familiales jusqu’aux arrivées progressives des suivants. Une enfance somme toute banale, au vert d’une banlieue bruxelloise aisée, loin des turpitudes du centre-ville. Cette … Lire la suite « Et Bruxelles, toujours … »

« Londres en hiver »

J’aurais rêvé toute ma vie d’y aller vivre. Dans cette ville grouillante, vivante, agitée et ordonnée. Élégante, touristique, verte de ses parcs, remplie d’étrangers tous à domicile et ses avenues animées de belles boutiques et d’échoppes. Elle a été ma maison, mon refuge dès ma première visite. Je ne lui attribue cependant aucune odeur spécifique … Lire la suite « Londres en hiver »

« Paris en été »

Paris pour Martine, outrage certes, c’était la France. Sacrilège, le 92, Colombe, c’était Paris ! Paris, c’était cette part de ma mère qui n’existait que quelques jours par an. Notamment lorsque nous nous y rendions en famille le coffre chargé à bloc de paquets et de 3 à 5 kg de pralines* de chez nous. Durant … Lire la suite « Paris en été »

« Sornettes et balivernes »

Décidément, je devais encore avoir 6 ou 7 ans. Il me semble qu’aucun adulte ne me l’avait murmuré, simplement j'ai su. Probablement d'un camarade de classe, fier d’être dans la confidence ou, comme à mon habitude, j’ai dû l’écouter aux portes. Je ressens encore cet immense sentiment de déception lorsque j’ai ouvert la porte coulissante … Lire la suite « Sornettes et balivernes »

« Affaires de femmes et guerre de ménagères »

Jeune, avant l'âge de 13 ou 14 ans, je me faisais discrète pour écouter les conversations des adultes. Après m'avoir surprise, les oreilles en chou-fleur et les yeux aiguisés, ma tante murmurait à maman : "Je te raconterais la suite plus tard, les murs ont des oreilles..." Tout cela avec un regard entendu et un … Lire la suite « Affaires de femmes et guerre de ménagères »

Crisis Madness

I did not want to talk about it I didn't even want to think about it. It's everywhere, on every lips, on every media, I can't stand it anymore. But, like everyone else I need to, I'm craving to shout it at loud: I'm mad, I'm furious, outraged cause of liberty loss, racism, sexism, violences, … Lire la suite Crisis Madness

Et vous, qu’est-ce qui vous anime ?

Pour être aimer, faut-il encore être lu ? La tête en friches, le cœur en désuétude... D'histoires romantiques adolescentes en drames familiaux redondants, à force de les lire, de le regarder au petit ou au grand écran, je m'y suis noyée. Toutes ces représentations de la réalité pour dénoncer, montrer, en parler, nous ont fourni … Lire la suite Et vous, qu’est-ce qui vous anime ?

L’angoisse de la page blanche

J'ai envie d'écrire mais ça ne vient pas. J'ai envie de pleurer mais les larmes ne sortent pas. J'ai envie de hurler ma colère, mes peurs et mon désespoir mais les sons restent silencieux. Aucune idée ni créativité. Aucune pensée florissante ni aucune force. Le silence dans ma tête qui bouillonne à nouveau. Je sers … Lire la suite L’angoisse de la page blanche

Passage à vide …

Ecrire c'est vivre mon rêve, éveillée. Il a fallu se laisser glisser, surfer sur cette vague d'inspiration semblable à des millions de petites étoiles qui brillent dans une nuit noire à des milliards de kilomètres de vous et  pourtant vous semblent connues et proches. Ne pas me laisser submerger par mes émotions, laisser flotter mes … Lire la suite Passage à vide …